Avertir le modérateur

  • EN BLANCS ET EN ROUGES, LES NOUVEAUX CLASSEMENTS DES VINS DE LOIRE

    Région Val de Loire - Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 46- Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 23 - Satisfecits ❤❤❤ : 38 - Lauréats ❤❤ : 5   


    ANJOU-SAUMUR 

    Peu d’autres vins peuvent “copier” les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs secs très agréables, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny. Superbes liquoreux (Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux…), qui atteignent les sommets depuis quelques années, et peuvent inquiéter d’autres vins liquoreux qui auraient tendance à s’endormir sur leurs lauriers. Les Crémants de Loire, du brut au demi-sec, bénéficient d’un rapport qualité-prix-plaisir réel. Leur élaboration est soumise à des règles strictes. Le rendement de base est de 50 hl/ha soit 7 500 kg de vendanges. Les vendanges manuelles, le pressurage soigné, l’art des assemblages et une seconde fermentation de 1 an au moins (qui peut atteindre 18 mois) en bouteilles dans les caves de tuffeau leur confèrent une fine mousse et des arômes délicats qui varient selon les terroirs.

    Les sols des vignobles de l'Anjou-Saumur

    Quatre ensembles principaux composent le sous-sol des terroirs d’Anjou et de Saumur, sur environ 17 000 ha :

    - Un socle schisteux d’âge briovérien pour la partie sud, sur la rive gauche du Layon.

    - Un plateau schisteux de composition variable recouvert de sables et de graviers d’Anjou, les faluns et les limons, pour la partie nord, sur la rive droite du Layon. Plus précisément, si l’on part du Layon aux sols argileux, riches et humides pour monter sur les coteaux, on trouve quatre zones successives :

    - Sols peu évolués sur schistes de pentes fortes laissant pénétrer les racines qui trouvent potassium, magnésium et peu de phosphore, satisfaisant le Chenin, le Cabernet franc et le Cabernet-sauvignon.

    - Sols sur schistes du silurien peu altérés, plus épais, avec un horizon intermédiaire limoneux argileux, convenant moins bien au Chenin et aux vins liquoreux, mais excellent pour les vins rouges qui peuvent atteindre de très hautes qualités.

    - Sols sur altérites du silurien que l’on trouve dès que l’on s’approche du plateau où les schistes sont altérés sur environ un mètre d’épaisseur avec recouvrement sableux ou limoneux. La vigne y pousse très bien, pour favoriser les grands vins liquoreux ou les rouges de l’Anjou.

    - Sols sur sables et graviers d’Anjou, formation d’âge pliocène, avec beaucoup de gravies de quartz roulés ocrés. La vigne y trouve peu, mais suffisamment d’eau.

    - Un socle cristallin constitué de roches volcaniques ou volcano-sédimentaires appelées spilites vertes, dans plusieurs endroits, comme par exemple dans la vallée du Layon.

    - Un plateau sédimentaire dans lequel prédomine la craie tuffeau en Saumurois encore appelé “l’Anjou blanc”. Ses sols sont constitués de calcaire affleurant dans la zone sud de “la côte” ou de sol blanc argilo-sableux vers l’ouest, mais toujours sur sous-sol de tuffeau.

     

    PAYS NANTAIS 

    La typicité est notamment liée à la mise en bouteilles sur lie, qui consiste à laisser les vins reposer sur leur lie durant 4 ou 5 mois après leur fermentation jusqu’à leur embouteillage. Elle permet de protéger le vin de l’oxydation et lui confère une fraîcheur et un perlant caractéristique, grâce à une présence importante de gaz carbonique (un Muscadet sur lie en contient deux fois plus qu’un Muscadet). La spécificité existe bien car le sous-sol est composé de roches de l’ère primaire, et se particularise par un système complexe de failles et un métamorphisme poussé. On y trouve en majorité des roches mères éruptives (35 % de gneiss, micaschistes, éclogites, amphibolites et prasinites). Cette diversité induit des différences notables de précocité et de rendement. Les vins récoltés sur schistes, micaschistes, gneiss du bassin versant de la Loire et du marais de Goulaine sont généralement précoces et tendres. Les vins récoltés sur le secteur est du vignoble et issus de terrains de gabbros et de roches vertes, sont plus tardifs.

    Le vignoble du pays nantais
     

    Le vignoble nantais représente, en ce qui concerne le Muscadet, le Gros-Plant et le Coteaux-d’Ancenis-Gamay, une surface d’environ 16 000 ha. L’aire de production s’étend géographiquement le long de la vallée de la Loire en amont de Nantes ainsi qu’à l’est et au sud-ouest du département de la Loire-Atlantique. Ses limites extrêmes n’atteignent la Vendée et le Maine-et-Loire que pour une faible part de la production.

     

    On distingue le Muscadet de Sèvre-et-Maine au sud-est de Nantes, le Muscadet des Coteaux de la Loire, et le Muscadet des Côtes de Grandlieu. Le vignoble, monocépage (Melon), possède un sous-sol composé de roches de l’ère primaire, et se particularise par un système complexe de failles. On y trouve des roches mères éruptives (35 % de gabbros et granites) ou des roches mères métamorphiques (65 % de gneiss, micaschistes, éclogites, amphibolites et prasinites). Du fait de la variété des substrats géologiques et de leur altération, les sols viticoles sont très variés. Cette diversité induit des différences notables de précocité et de rendement. Les vins récoltés sur schistes, micaschistes, gneiss du bassin versant de la Loire et du marais de Goulaine sont généralement précoces et tendres. On les trouve, entre autres, sur les communes du Landreau, du Loroux-Bottereau, Haute-Goulaine et certaines communes des coteaux de la Loire. Les vins récoltés sur le secteur est (Vallet, Mouzillon, Gorges, Corcoué sur Logne…) et issus de terrains de gabbros et roches vertes, sont plus tardifs.

     
     

    PAYS NIVERNAIS 

    Les rois Sancerre et Pouilly-Fumé sont des vins auxquels bien peu d’autres blancs secs peuvent rivaliser, tant le terroir s’exprime au mieux ici. C’est, en effet, ainsi : ces vignerons modestes et fiers s’attachent à élever quelques-uns des plus grands vins blancs secs qui soient. La région fourmille donc de vins qui possèdent une typicité exacerbée, associée à un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les nouveaux vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin… Le Sauvignon sait en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre.

    Le vignoble du pays nivernais
     

    Les vignobles du Centre sont installés sur des plateaux et des coteaux datant de l’ère secondaire (principalement) et de l’ère tertiaire. Abandonnés il y a 70 millions d’années par la mer, leurs sols se composent aujourd’hui d’une grande variété de sédiments calcaires et argileux sur lesquels les vignerons ont fait le choix de planter un nombre restreint de cépages de qualité.

     

    - A Menetou-Salon, le vignoble est planté sur des sols calcaires et des sédiments calcaires du jurassique supérieur sur une côte (cuesta) dont les pentes assez raides à l’ouest (Morogues) s’adoucissent en direction de l’est.

    - Des coteaux de marne calcaire à pentes moyennes et de hautes terrasses de sables et de graves produisent les vins de Reuilly.

    - En Sancerrois, des formations géologiques très différentes s’étendent de part et d’autre de la faille de Sancerre. A l’ouest, on trouve deux formations datant du jurassique :

    - les “terres blanches” de nature argilo-calcaires qui représentent 40 % du vignoble et se trouvent sur les collines les plus élevées de la partie occidentale du Sancerrois, les “caillottes”, terres très pierreuses et calcaires.

    À l’est, on est en présence de formations crétacées non calcaires (sols bruns d’érosion) sur les versants est, et de terres argilo-siliceuses datant du tertiaire Eocène appelées “silex” sur les versants ouest des collines. Ces terres très siliceuses représentent 20 % du vignoble.

    En général, les caractéristiques de tous ces sols sont les suivantes :

    - Des pentes fortes à très fortes (de 30 à 60 %)
    - Une très importante proportion de cailloux

    - D’où un très faible volume de terre fine exploitable par les racines

    - Des réserves d’eau relativement faibles suivant les types de sols et leur profondeur.

        

    TOURAINE 

    En rouge, trois appellations sortent du lot, Chinon, bien sûr, où la race rejoint une vraie typicité, puis Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil, où l’on se rend aussi bien compte de l’expression de ces terroirs de tuffeau et de graviers, et Touraine. La race du Cabernet franc s’exprime parfaitement sur ces terroirs variés d’argile ou de silex, où le tuffeau croise les Perruches ou les Aubuis. Les moelleux sont superbes, en Montlouis comme à Vouvray. Géologiquement, la Touraine appartient au Bassin parisien : au cours des ères géologiques, cette grande cuvette a été comblée par des sédiments marins ou continentaux qui se sont transformés en couches de roches sédimentaires. D’une parcelle à l’autre, on passe de zones argilo-sableuses à des zones sablo-argileuses, de terres argilo-calcaires à des terres de sable, d’argile et de silex.

     
    Les vignobles de Touraine
     

    Selon les degrés d’érosion et d’évolution des coteaux, on peut trouver les types de sols suivants :

    - Les “Bournais”, riches en limon, dérivés de l’argile à silex et de sables miocènes. Ce sont des terres froides et plutôt humides qui sont peu utilisées pour la culture de la vigne.

    - Les “Perruches”, argilo-siliceuses, aptes à porter la vigne. Elles conviennent plus particulièrement à la production de vins rouges (Touraine).

    - Les “Bournais Perrucheux”, sols intermédiaires entre ceux précédemment décrits.

    - Les “Aubuis”, terres argilo-calcaires, chaudes, perméables et fertiles, qui recouvrent les roches calcaires de “tuffeau” turonien. Elles conviennent particulièrement à un cépage comme le Chenin (Vouvray, Montlouis).

    - Les “Varennes”, sols des vallées constitués d’alluvions modernes. Ils permettent, sur des parties sableuses, un bon épanouissement de la vigne (Chinon, Bourgueil).

    Située en zone septentrionale, la région de Touraine subit beaucoup les influences océaniques. Hivers doux, fortes gelées exceptionnelles côtoient des débuts d’automne généralement beaux sous lesquels les cépages les plus tardifs arrivent aisément à maturité.

     

    Il faut noter que la notion de millésime garde tout son sens dans cette région : en effet, l’importance de l’ensoleillement et de la pluviométrie varie beaucoup selon les années et les vins peuvent être fort différents.

    Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE Tout savoir sur le vignoble Vignerons sélectionnés

     
     
     
    Accédez GRATUITEMENT aux commentaires de dégustation du GUIDE DES VINS 2015 en cliquant sur le nom (en rouge)
     

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU-SAUMUR
    BEAUREGARD (S)
    GAUTERIE (A)
    GODINEAU (A)
    LA PALEINE (S)
    PERRUCHES (S)
    ROCHETTES (A)
    LA VARIERE (A)

    FOSSE SÈCHE (S)
    RAYNIERES (S)

    BESSIÈRE (S)
    PETIT CLOCHER (A)
    VIEUX PRESSOIR (S)

    SAUMUR-CHAMPIGNY
    BOUVET
    LA GUILLOTERIE
    Clos MAURICE
    PETITE CHAPELLE
    TARGÉ
    LA VARIÈRE

    BOURG NEUF
    Christelle DUBOIS
    ROCHEVILLE

    VARINELLES

    CHINON
     
    Patrick BARC
    GOURON (r)

    BOUCHARDIÈRE 
    BOUQUERRIES
    COULY-DUTHEIL
    DOZON

    P. & B. COULY
    A. LEON
    NOIRÉ
    Dne de L'R
    CAVES de la SALLE

    BOURGUEIL SAINT NICOLAS

     

    DRUSSÉ (SNB)
    GÉLÉRIES (B)
    JARNOTERIE (SNB)
    MINERAIE (SNB)
    PETIT BONDIEU
    TOURAINE CHEVERNY

     

    CHARBONNIER
    MANDARD
    RENAUDIE
    TEVENOT (Che)

    CHAISE
    CHESNEAU (CHe)
    DARIDAN (CHe)
    MONTIGNY

    MAISON (CHe)
    MECHINIERES
    Domaine des ROY

    SANCERRE DIVERS

     

    NATTER (S) (r)

    CHAILLOT (CH) 
    CHEVREAU (S) (r)
    André DEZAT (S)
    MALBETE (R) (r)
    Daniel REVERDY (S) (r)
    M. E. ROBLIN (S)
    J-M ROGER (S)
    SARRY (S)
    VATTAN (S)

    BIZET (S)
    GILBON (MS)
    MABILLOT (R)
    P'TIT ROY (S)
    SAUTEREAU (S)

    FOUASSIER (S)
    PICARD (S)
    A. ROBLIN (S)

     

    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU-SAUMUR
    D. FOURRIER (A)
    SAUMUR-CHAMPIGNY
    ROCFONTAINE
    CHINON
     
    (BROCOURT)
    BOURGUEIL SAINT NICOLAS

     

    GESLETS (B)
    VERNELLERIE (B)
    TOURAINE CHEVERNY

     

    CHARMOISE
    MESLIAND*
    SANCERRE DIVERS

     

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU-SAUMUR
    BRÉZÉ (S)
    TROTTIERES (A)
    SAUMUR-CHAMPIGNY
    CORDELIERS
    (SAINT-JUST)
    CHINON
     
    (RAFFAULT)
    BOURGUEIL SAINT NICOLAS

     

    (ROBINIERES)
    TOURAINE CHEVERNY

     

    SANCERRE DIVERS

     

    (LAUVERJAT (S))
    MARIE DU FOU (Mareuil)

     

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Classement Val de Loire BLANCS

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU
    SAUMUR

    VOUVRAY
    BEAUREGARD (S)
    Clos de L'ÉPINAY (V)
    GUILLOTERIE (S)
    LA PALEINE (S)

    AUBERT (V)
    BOURG NEUF
    GAUDRELLE (V)
    GAUTERIE (A)

    RAYNIÉRES (S)
    VIEUX PRESSOIR (S)

    SANCERRE
    POUILLY-FUME
    MENETOU SALON
    QUINCY
    André DEZAT (S)
    GITTON (S)
    NATTER (S)
    Daniel REVERDY (S)
    SARRY
    TROTEREAU (Q)
    VATTAN (S)

    BARILLOT (PF)
    BLANCHET (PF)
    BONNARD (PF)
    CAVES POUILLY (PF)
    CHAMPEAU (PF)
    CHEVREAU (S)
    FOUASSIER (S)
    GRALL (S)
    LANDRAT-GUYOLLOT (PF)
    PABIOT (PF)
    PETIT
    P'TIT ROY (S)
    PRÉ SEMELÉ (S)
    J.-M. ROGER (S)
    SAUTEREAU (S)
    TEILLER (MS)
    Thierry VERON (S)

    S. DAGUENEAU (S)
    LECOMTE
    PICARD (S)
    M. E. ROBLIN (S)
    A. ROBLIN (S)
    VILLALIN

    TOURAINE CHINON
    QUINCY RUEILLY
     
    COMMANDERIE (Q)
    MALBÈTE (R)
    MANDARD (T)
    RENAUDIE (T)

    CHAISE (T)
    CHARBONNIER (T)

    MONTIGNY (T)

    MOELLEUX
    Clos de L'ÉPINAY (V)
    LA VARIÈRE (B)

    AUBERT (V)
    Le CAPITAINE (V)
    L'ÉTÉ (CL)
    GODINEAU (B)
    LEBLOIS (M)
    ROCHETTES (CL)

    FONTAINERIE (V)
    HAUT PERRAYS (CL)

    CREMANTS

     

    BOUVET (S)

    AUBERT (V)
    BEAUREGARD (S)
    Clos de L'ÉPINAY (V)
    LA GUILLOTERIE (S)
    LA PALEINE (S)

    PETITE CHAPELLE

    AMANDIERS (S)

    MUSCADET
    AUTRES

     

    MORILLEAU
    POIRON-DABIN
    TEVENOT (Cheverny)
    TOURLAUDIÈRE

    BREUIL DE SEGONZAC (igp)
    COING SAINT-FIACRE
    LA VARIERE (S)

    Robert CHÉREAU
    COGNETTES
    DURANDIÈRE
    ELGET
    ESPÈRANCE
    HAUTE NOELLES
    PLESSIS GLAIN
    TOPAZE

    COIRIER (Fiefs Vendéens)

    MÉNARD-GABORIT
    R de la GRANGE

     

    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU
    SAUMUR

    VOUVRAY
    FOSSE SÈCHE (S)*

    (MOINES (Sav))

    SANCERRE
    POUILLY-FUME
    MENETOU SALON
    QUINCY
    TREUILLET

    NEVEU

    TOURAINE CHINON
    QUINCY RUEILLY
     
    MOELLEUX

     

    GAUTHIER-LHOMME (V)

    DULOQUET (CL)
    MATIGNON (CL)

    CREMANTS

     

    MUSCADET
    AUTRES
    Henri POIRON
    POTARDIÈRE

    VILLEMONT (Haut-Poitou)

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    ANJOU
    SAUMUR

    VOUVRAY
    SANCERRE
    POUILLY-FUME
    MENETOU SALON
    QUINCY
    (CR.-ST-LAURENT (S))
    TABORDET*
    (THAUVENAY)
    TOURAINE CHINON
    QUINCY RUEILLY
     
    MOELLEUX

     

    CREMANTS

     

    (CHAMPALOU (V))
    MUSCADET
    AUTRES
    (POITEVINIÈRE)

     

     

  • GUIDE DES VINS 2015 : LA BOURGOGNE EST EN TRES GRANDE FORME !

    Top Palmarès Vignerons 2015

     

     

    Région Bourgogne

    - Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 43

    - Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 21

    - Satisfecits ❤❤❤ : 21

    - Lauréats ❤❤ : 5

     

    Brigitte Dussert : la Bourgogne vous est aussi très chère, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : c’est, depuis mes débuts, la région où j’ai le plus de plaisir à séjourner. J’aime la grande simplicité des Bourguignons, leur chaleur humaine et leur fidélité. Et puis, à part laLoire, dans un autre style, plus vif, plus minéral, quels autres vins blancs secs peuvent rivaliser avec ceux de Bourgogne, où la suavité se mêle à une explosion d’arômes apportées par ce fabuleux cépage Chardonnay ?

    L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours, en rouge comme en blanc. J’apprécie ces vignerons talentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications “gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés, même s’ils remontent. La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot Noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent lesvignes des Grands crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmescrus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grandsvins bourguignons. Globalement, les Grands crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

    En Bourgogne, aux côtés d’une belle séquence qui comprend les millésimes 2012 à 2009, le 2008 est assez délicat, le millésime 2007 très réussi, très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme le grand 2005, qui demande de la patience. Superbesbouteilles en blancs dans les millésimes 2000, 1999, 1995 ou 1989, alors que les meilleurs rouges développent leur attrait dans les millésimes 1999, 1997, 1989, ou 1985.

     

    Classement Bourgogne Rouges 
    Classement Bourgogne Blancs 
    Tout savoir sur le vignoble

     

    Les millésimes      

    Pour les rouges

    - les grands : 2010, 2009, 2008, 2007, 2005, 2003, 2002, 2000, 1999, 1995, 1990, 1989, 1985, 1983, 1979, 1978, 1976, 1978, 1971, 1970.

    - les bons : 2013, 2012, 2011, 2006, 2004, 2001, 1998, 1996, 1993, 1988, 1986, 1979.

    Pour les blancs

    - les grands : 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2002, 2000, 1999, 1998, 1995, 1990, 1989, 1986, 1985, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1970.

    - les bons : 2012, 2011, 2003, 2001, 1997, 1996, 1994, 1988, 1987, 1971.

     

    TOP VIGNERONS BOURGOGNE

    Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015

    Robert AMPEAU et Fils
    Pierre ANDRÉ
    AUVIGUE
    Domaine Vincent BACHELET
    Clos BELLEFOND
    Domaine BERGER-RIVE
    Domaine BERTAGNA
    Domaine BERTHAUT
    Domaine François BERTHEAU
    Domaine Albert BOILLOT
    Pierre BOURÉE Fils
    Marc BROCOT
    Château de la BRUYÈRE
    Domaine René CACHEUX et Fils
    Domaine Jacques CARILLON
    Domaine du CHALET POUILLY
    Domaine du CHARDONNAY
    Domaine Jean CHARTRON
    Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX
    Domaine de la CHOUPETTE
    Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT
    Domaine COUDRAY-BIZOT
    Domaine Daniel DAMPT et Fils
    Eric DARLES
    Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils
    Domaine DENIS Père et Fils
    Domaine DENUZILLER
    Jean-Pierre DICONNE
    Gérard DOREAU
    Domaine ELLEVIN
    Frédéric ESMONIN
    Domaine de la FEUILLARDE
    Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
    Domaine Pierre GELIN
    Domaine Alain GEOFFROY
    Domaine François GERBET
    Claude GHEERAERT
    Domaine Jean-Jacques GIRARD
    Domaine Jean GIRARD
    GLANTENET Père & Fils
    Domaine GONDARD-PERRIN
    Domaine GROS Frère et Soeur
    Domaine Antonin GUYON
    Domaine HEIMBOURGER Père et Fils
    Domaine Pascal HENRY
    Domaine JAFFELIN Père et Fils
    Domaine Albert JOLY
    Domaine Marc JOMAIN
    LABOURE-ROI
    Clos des LAMBRAYS
    Philippe LECLERC
    Domaine LETESSIER-TIXIER
    Domaine Roger LUQUET
    Domaine Pierre MAREY et Fils
    Domaine des MEIX
    Domaine des MONTS LUISANTS
    Sylvain MOSNIER
    Domaine Pierre NAIGEON
    Jean-Marie NAULIN
    Domaine NINOT
    Domaine Manuel OLIVIER
    Jean-Paul PAQUET & Fils
    Gérard et Laurent PARIZE
    Cave du Père TIENNE
    Domaine de PISSE-LOUP
    Nicolas POTEL
    Domaine de la POULETTE
    Domaine POULLEAU Père & Fils
    Domaine PRIEUR-BRUNET
    Domaine Michel PRUNIER et Fille
    Domaine Henri REBOURSEAU
    Domaine Guy ROBIN
    Château de SANTENAY
    Domaine SEGUIN-MANUEL
    Gérard TREMBLAY
    Domaine Alain VIGNOT
    Domaine VIRELY-ROUGEOT

     

    Téléchargez gratuitement la carte des millésimes

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu